Fusions Acquisitions

Analyser les performances financières de l’entreprise

L'essentiel du chapitre

L’analyse des principaux soldes intermédiaires de gestion permet de comprendre où se forment les marges et quelles sont les sources de croissance ou de décroissance. Plusieurs soldes du compte des résultats nécessitent d’être passés au peigne fin. D’abord, l’excédent brut d’exploitation (EBE) est une mesure de la création de richesse avant toute charge calculée entre le chiffre d’affaires d’une part et les achats de toutes natures, les frais de personnel, les impôts et taxes et les autres produits et charges d’exploitation d’autre part. Ensuite, le résultat d’exploitation correspond à la mesure de la création de richesse du cycle d’exploitation, après prise en compte des charges calculées (amortissements et certaines provisions). Enfin, les autres produits et charges regroupent l’ensemble des opérations, qui n’ont pu être classées dans les rubriques précédentes. Il convient de faire le tri entre ce qui relève véritablement de l’exceptionnel et ce qui devrait être réintégré dans le résultat d’exploitation.

L’analyse de l’évolution du chiffre d’affaires permet d’en expliquer les variations. Celles-ci sont généralement dues à quatre effets business (volume, prix, mix géographique, mix produit) et à deux effets techniques (évolution des devises et du périmètre). Les états financiers pro forma doivent permettre de quantifier les effets devise et périmètre, tandis que l’analyse des autres effets permet de comprendre et de mesurer la croissance organique de l’entreprise.

L’analyse du résultat d’exploitation permet d’expliquer l’évolution des marges opérationnelles. Celle-ci résulte de trois effets business (effet ciseau, point mort, mix produit ou géographique) et de deux effets techniques (évolution des devises et du périmètre).