Fusions Acquisitions

Le dilemme contrôle/croissance : le cas des groupes familiaux

L'essentiel du chapitre

Les sociétés familiales présentent des modes de gestion particuliers, qui les conduisent généralement à surperformer le marché. Les trois cercles qui les constituent (la famille, le management et l’entreprise) interagissent sans cesse mais doivent avoir chacun des règles de fonctionnement bien définies. Par ailleurs, la pression fiscale, notamment dans le cas d’une transmission de l’entreprise, représente une contrainte majeure pour les membres de la famille.

Le financement nécessaire pour alimenter la croissance organique et/ou externe peut conduire à une dilution progressive de la participation de la famille. Quatre familles de solutions sont possibles : la séparation juridique du contrôle en capital et en droits de vote avec l’attribution de droits de vote double ou avec le passage au statut de société en commandite par actions, l’utilisation de holdings de contrôle ou de holdings d’usufruit, l’entrée de nouveaux investisseurs financiers, en capitaux propres ou en dette (crédit bancaire, émission d’obligations, dette mezzanine), et enfin l’externalisation d’actifs.